Menu

Sports féminins : Biden siffle la fin de la partie




Catser Semenya, athlète sud-africaine à laquelle il est demandé de réduire son taux de testostérone...
Catser Semenya, athlète sud-africaine à laquelle il est demandé de réduire son taux de testostérone...
Étrange décision que celle prise par le président des Etats-Unis nouvellement élu, Joe Biden, relative à la discrimination sur la base de l’orientation sexuelle, qui va bouleverser le sport de compétition.

Comment vont réagir les équipes féminines des autres pays du monde si elles devaient être confrontées à une équipe américaine partiellement composée d’hommes qui se disent des femmes ?

Il y a quand même une différence entre la lutte contre la discrimination sexuelle et la dérive irrationnelle du concept de genre, comme il y en a entre la misogynie et le simple bon sens.

Le décret exécutif du président Joe Biden daté du 20 janvier 2021, c'est-à-dire le jour même de son investiture, est un beau texte du point de vue du politiquement correcte, une aberration totale par rapport à la réalité.

L’existence d’équipes sportives féminines relève de la discrimination positive. Elle n’exclut pas pas les femmes de l’espace du sport de compétition. Bien au contraire, c’est ce qui leur a permis d’y avoir leur place au soleil.

Combien de femmes auraient pu accéder aux hautes marches des podiums si elles devaient concourir face à des hommes dans des sports comme l’athlétisme ou la boxe ?

La faille dans le raisonnement de Joe Biden et de la gauche culturelle, qui va désormais hanter pendant quatre ans au moins les couloirs de la Maison blanche, est la volonté de gommer artificiellement la distinction entre le sexe biologique et l’orientation sexuelle.

C’est le rêve insensé des promoteurs du concept de genre que de plier la nature à leur idéologie.

Mais comment Joe Biden espère-t-il convaincre les autres peuples du monde que les Etats-Unis se donnent le droit de présenter des équipes féminines avec des hommes qui revendiquent une identité de genre autre que leur nature biologique ? Comment ça va se passer dans les sports de combat au corps-à-corps telle la lutte gréco-romaine ?

Plus sordide encore, la non-discrimination dans l’accès aux toilettes…

Mais c’est peut-être, dans la pensée politique des Démocrates, ce dont ont le plus besoin les Américains en ces temps de crise sanitaire, avec ses conséquences économiques désastreuses, doublée d’une tout aussi grave crise politique, qui voit le pays polarisé en deux camps irréductiblement opposés.

Le décret de Joe Biden est, contrairement aux apparences, un coup dur porté à la promotion des droits des femmes. Au premier degré, parce qu’elles seront confrontées à la concurrence déloyale d’individus masculins, étiquetés femmes le temps des compétitions.

Une décision aussi ridicule va, par ailleurs, donner du grain à moudre aux courants sociaux les plus misogynes, qui ne vont pas manquer de s’en moquer et de jeter le bébé avec l’eau du bain.

Ceci amène à méditer le fameux proverbe arabe : « Chaque fois que quelque chose dépasse sa limite, elle se transforme en son contraire ».

Par Ahmed NAJI






Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 4 Mars 2021 - 14:35 De ces casseurs de bus…




Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté