Menu

Un ami du Maroc s'en va ! Au revoir Président !




Mon copain !

«  Mon copain ». Tel fut le qualificatif distinctif, cordial, familier, inhabituel,  que Feu  Sa Majesté le Roi Hassan II prêtait au  président Valery Giscard d’Estaing, surnommé VGE. Un président moderniste, centriste, féministe, antigaulliste tire sa révérence à l’âge de 94 ans. « Mon copain » Un dénominatif singulier qui amusa la presse française un moment, empressé de voir  si Sa Majesté ferait du président Mitterrand, successeur de VGE, un aussi bon copain. « S’il le veut, s’il l’accepte… » Finit par dire le Souverain.  

Au départ, le cœur !

VGE, connu pour se délecter du  verbe fin mis à la disposition de sa verve,  en fit une démonstration  restée dans les annales. C’est  lors du débat présidentiel, du face-à-face électrique,  que le président-écrivain, face à un Mitterrand non moins écrivain,  donna libre cours à sa répartie taillée sur chaudrons :  « Vous n’avez pas le monopole du cœur ».
Il faut dire que le cœur occupait une place haut juchée dans le vocabulaire VGE, devenu son leitmotiv.  Un cœur qui pesait comme tête  dans la politique qu’il menait avec tact. VGE, vouait une admiration sans tâche au Souverain, une admiration exacerbée par une nostalgie de cœur, celle d’une monarchie passée.
Notons pour appuyer ce qui sonne comme supputation, mais que les gênes, ou que l’histoire confirment, que VGE serait le descendant d’une fille adultérine de Louis XV. Que les  180 couverts mis à l’honneur de Sa Majesté, comme seuil limite des convives,  au château de Versailles, œuvre maîtresse  de Louis XV, à la galerie des glaces, en dit long sur la ferveur monarchique de VGE. Ce dernier, et pour finir, choisit le nom  de Louis à l’un de ses fils. Hasard ou pur hasard ?

La cohabitation Maroco-française

Il fallut mettre l’œil là où il faut, pour que cœur s’ensuive, décrète le lien indélébile entre la France et le Maroc. Ceci,  en se représentant  Sa Majesté arborer le plein grade de la légion d’honneur française, et VGE, celui du Wissam Royal. Une allégorie mystique,  qui tint lieu et plus,  à la loge où les deux amis fins connaisseurs de la culture française, s’apprêtaient à goûter à une pièce théâtrale.
«  Vous avez en face de vous un cent pour cent intégré » disait sa Majesté, conscient de la formation bipolaire, comme il disait, aussi solides dans les pôles, dont avaient bénéficié les marocains un moment. Une formation atypique, mais dont l’effort persiste aujourd’hui sous une forme ou sous une autre.
«  Il y aura toujours une attirance particulière pour la francophonie » dixit Sa Majesté.   Cette amitié entre les deux chefs d’État ne fut, compte tenu du discours prononcé par VGE lors de cette visite royale, que le prolongement obligé, inéluctable, inaltérable d’une cohabitation de longue date entre nos deux pays.  

Une question de dosage !

« Les relations entre la France et le Maroc ont toujours été ce qu’elles ont été »  Dit le souverain, invité cette fois, de l’heure de vérité, pour déboucher  plus loin sur l’équation qui pondère nos États d’âmes :  « Nous nous sommes rencontrés, nous nous sommes embrassés, nous n’avons jamais magouillé… ».

L’histoire franco-marocaine est toujours une question de dosage. Une fidélité dans l’amitié, une éthique que le Maroc a fait sienne, véhiculée, appuyée, perpétuée  par Sa Majesté  le roi Hassan II qui rappelait son amitié, sa fidélité restée intacte à l’égard de VGE, président sortant, de même qu’il eut  une main tendue, toute aussi amicale, cordiale au président Mitterrand.

VGE membre de l’académie française, inscrit dans cette immortalité qui pour lui, et selon ses dires, fut un refuge, a tout aussi bien marqué les esprits par son fameux « Au revoir ». Ce moment délicat,  d’une émotion sur les bords , où VGE quitta sa chaise, où venait se chercher l’hymne nationale, où VGE marchait,  défait par l’émotion, à l’abri des regards. Presque Quarante ans après, VGE marche vers l’éternité.   « N’est-ce pas que les grands naissent posthume ? ». Au revoir président.
 
 Hicham Aboumerrouane / Arrissala / L'odj



La rédaction


Rédigé par La rédaction le Dimanche 6 Décembre 2020

Dans la même rubrique :
< >


 L’ODJ dispose d’un service de streaming audio “Commentaire” pour renforcer la proximité et favoriser les interactions avec ses lecteurs.

Cher(e)s lecteurs et lectrices, vous pouvez réagir à cet article, sans avoir à écrire un commentaire,  via cette fonctionnalité en enregistrant simplement des messages d’une durée de 30 secondes.

Commencer par citer le titre de l'article et réagissez sur le contenu ou interpeller son auteur.

Envoyer votre message Audio , sous réserve de modération , il sera diffusé sur la Web radio Radio L'ODJ dans le programme dédié chaque jour à vos commentaires audios 




 

Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté



Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html





L'ODJ WEB MAG



Magazine créé avec Madmagz.



Partager ce site