Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search




Une bonne guerre pour effacer…. la Covid-19 et la dette


La pandémie quitte la scène, il est temps de changer de chapitre et de passer d’une dramatisation réelle à une autre plus classique.

Certes, cela fut une guerre surprise et asymétrique dont le sniper Covid-19 a fait 6.000.000 de morts.

Le Covid est effacé des médias, on ne parle plus du Covid long, ni de variant, ni de vaccins ARN, ni de pass vaccinal ou sanitaire, ni de future pandémie.



Il s’agit de faire pivoter les opinions publiques mondiales sur un autre sujet dramatique de dimension mondiale et qu’il puisse rapidement “Printer” dans les esprits.
 
Le monde n’a trouvé rien de plus pertinent qu’une guerre, une bonne guerre à l’ancienne : la Russie contre l’Occident à la mode de guerre froide par l'intermédiaire de l’Ukraine.
 
Il fallait évidemment, choisir celle qui coche le potentiel d’une confrontation avec un risque atomique.
 
Exit l’Inde et le Pakistan, l’Iran, la Corée, il restait cette vieille Europe avec un président russe déjà militairement opérationnel depuis 2014 par son annexion de la Crimée, ses déclarations belliqueuses et ses manœuvres militaires au Donbass.
 
Certes, "Personne n'est dans la tête de Poutine, donc personne ne sait jusqu'où il va aller" aurait dit Emmanuel Macron, mais il est évident que sa personnalité et ses ambitions ont été cernées par les différents états-majors militaires.
 
L’a-t-on poussé au crime ? Comme le feu vert, aujourd’hui avéré, à Saddam Hussein pour l’invasion Koweït
 
Si l’administration américaine a diffusé sans relâche des avertissements apocalyptiques concernant une invasion imminente Russe de l’Ukraine, M. Biden a également précisé que les Américains ne sont pas disposés à se battre. De plus, il a exclu l'envoi de forces en Ukraine pour sauver des citoyens américains, si cela devait arriver. Et il a en fait retiré des troupes qui servaient dans le pays en tant que conseillers et moniteurs militaires.
 
Le secrétaire général de l’OTAN a bien confirmé le non-engagement de l’alliance, tout en rétablissant la ligne Rouge de communication, reliant la Maison-Blanche au Kremlin, permettant de désamorcer des situations conflictuelles d’ordre nucléaire.
 
Je ne suis pas complotiste, mais la vérité sera connue dans les prochaines années seulement.
 
Et à vous cher(e)s lecteurs et lectrices de conclure !
 
Passons à la dette.
 
La pandémie mondiale a provoqué la plus forte poussée de la dette depuis la Seconde Guerre mondiale. En effet, selon l’Institute of International Finance, la dette mondiale a augmenté de 16 % pour atteindre 296 000 milliards de dollars entre le T3 2019 et le T3 2021, ce qui la porte à plus de 350 % du PIB mondial.
 
Les niveaux d’endettement étaient déjà élevés avant la pandémie, mais les politiques doivent maintenant naviguer dans un monde où les niveaux d’endettement public et privé atteignent des sommets, où de nouveaux défis s'installent (changement climatique, transformation digitale généralisée, transition énergétique, migration de masse) dans un nouveau monde où l’inflation est la plus élevée depuis les années 1990 dans de nombreux pays.
 
Le resserrement des politiques monétaires et des conditions financières seront nécessaire pour éviter que les anticipations d’inflation, la réduction du rythme des achats d’actifs et la hausse des taux d’intérêt qui exerceront une pression considérable sur les emprunteurs et constituent un risque pour la stabilité financière, compte tenu des niveaux record de la dette mondiale.
 
On ne peut que s’attendre à une certaine volatilité sur les marchés financiers et à ce que les pays, les entreprises et les ménages les plus vulnérables ne remboursent pas leur dette lorsque les taux d’intérêt augmenteront.
 
 
Cela dit, la hausse des taux d’intérêt et l’austérité budgétaire seront de puissants obstacles à la croissance.
 
Ainsi, on peut prévoir un ralentissement de la croissance du PIB mondial en 2022 et 2023, après la reprise rapide de 2021.
 
So what ?
 
Après la pandémie, le monde a entamé des plans de relance faramineuse et à l’occasion de cette guerre, autant relancer l’industrie militaire aussi, comme en 45 après la seconde guerre. 

Autant faire du “en même temps”

Tout pour justifier que le prochain Forum économique mondial de Davos recommande la création des "Bad Bank" pour effacer, au moins, 50% de la dette mondiale.
 
L’histoire n’est qu’un éternel recommencement !





Dimanche 6 Mars 2022

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 7 Août 2022 - 19:39 Succès inconsistant d’Israël à Gaza

Samedi 23 Juillet 2022 - 16:33 Déni de réalité

Billet



Magazine créé avec Madmagz.